JE T'AIMAIS TANGO       

                                          
    
        « Un(e) pensée triste qui se danse »  Dans les bas-fonds de «  Rosario, »
        Les yeux récitent la romance  Quand les pieds glissent le tempo .
        Les hauts talons des femmes fières  Peignes épinglés sur le chignon
        « Arabesquent » dans la poussière  Les accents du bandonéon

        REF    Je t'aimais tant /,je t'aimais « tango »
            Mais j'ai tant gommé l'éphémère
            Ignorer les pleurs / et les égos
            Et tant fait de pas en arrière …
        
            Je t'aimais tant / je t'aimais « tango »
            (Mais )j'ai trop dansé dans les ornières
            j'ai tant gommé les idéaux
                (Que) le temps n'est plus au tango.


        Sur l'horizon de Bueno-Aires  On avait des rêves engourdis
        Par l'habitude ou la colère  Et tous les « tango-de- minuit »
        Quand passait l'aéropostale  Et que la lune se cambrait
        Dans le ciel ,en danseuse étoile  Toi tu rêvais de voyager.
        
        REF      (Solo ) ?
        
        Avant de briser nos silences Ce fut le temps de nos adieux
        D'un(e) «  pensée triste qui se danse » Un tango les yeux loin des yeux
        Je t'ai cherché à la dérive Dans tous les bars de « Rosario »
        Jusqu'au fond ,jusqu'à être ivre  D'accords mineurs et de tango
        
        REF                 

 

Jacques Séhair

       
                    PECHEURS D'ISLANDE 

                   (Hommage à Pierre Loti)    

                            

    1    Après les ardoises  Orties et framboises
        L'océan d'Iroise  Bleu-vert
        Les marins y pêchent De la morue fraîche
        Quand les femmes bêchent  La terre.


            Arrive le dimanche Où les coiffes blanches
            Ondulent et se penchent  Sur le bénitier
            Pour qu'aucun navire  Ne sombre ou chavire
            Eviter le pire Chez les Islandais

    2    Sur un quai de brume Un phare s'allume
        Eclairant l'écume Alors ,
        On cherche la pâle Clarté d'une voile
        Sur l'eau noire et sale Du port.


            Cent vingt jours d'attente De nuits éprouvantes
            Pour les femmes aimantes Les mères éplorées
            Qui pleurent et qui guettent Goélands et mouettes
            Sur la silhouette D'un grand morutier …
        
    3    Rayés bleu-marine Enfin ils s'arriment
        La criée s'anime  Dehors ...
        Les cales se vident Sur le quai humide :
        Mareyeurs cupides Retords


            On fait des affaires Plus ou moins sincères
            C'est pas la misère C'est pas la fortune ...
            Puis dans les tavernes Les bouges à lanternes
            Les marins" ci-ternes" Se soûlent à la lune                                                                    

 
        PONT    Tous les pêcheurs d'Islande
                Qui naissent sur la terre
                On grandit sur la lande
                Et murissent en mer .

 
   Jacques Séhair

    LES TEXTES

 

TOUT EST DOUX
  Theo

Musique dans la nuit, Parfum d’un clair de lune
Les nuages passent sans bruit, sans manière sans scrupule.
Le temps pose des croches, et promène les mots
Portés par des notes de mon cœur monte l’ écho
Je regarde la nuit passer avec prudence

une lueur évanouit toutes les différences



Refrain


Tout est doux tout doux doucement passe le temps
Tout doux tout doux doucement sur la vie et pourtant
Tout est doux tout doux doucement la folie envahit
Tout doux tout doux doucement les couleurs de la vie




Musique dans la nuit, Douceur d’un clair de lune
Les nuages fixent sans bruit, nos barrières nos coutumes.
Un vent soudain se lève, emportant dans l’histoire
La folie de nos rêves dans une course pour l’espoir
Je regarde la nuit  choisir en silence

laquelle de nos folies fera la différence



Refrain



Musique dans la nuit  tout doucement aube du temps
Les nuages sont partis balayés par d’autres vents
Un autre jour s’éveille et laisse dans l’histoire
Des panoplies de guerre du sang dans ma mémoire

Je me suis assoupi je crois que j’ai rêvé

que la terre et le paradis sont du même côté


Refrain

 

JUSTE NOUS DEUX


  Theo


Si je devais t’écrire je te dirais,
Que pour ton sourire, je pose à jamais
Notes et mots d’amour s’unissent un solo,
Une mélodie chante des mots sur des photos
Si je devais attendre je t’inventerais,
Des rêves insensés, des enfants, un secret,
Une histoire de fou qui finit en mélo,
Toujours des mots, rien que des mots sur des photos

 

J’ai laissé partir dans un coin de ciel bleu,
Mon cœur avec ton nom au milieu



Juste nous deux



Si tu devais refaire ta vie je te dirais,
Que tous nos plus vieux souvenirs,
Sont dans tes secrets
Et même si l’amour n’est plus
Pour toi qu’une photo je garde toujours les mêmes mots.


Et tu dois savoir ce que je ressens
Comme une Déchirure, un cri dans le vent
Mais avant de partir lis ces quelques mots
Une mélodie chante des mots sur ta photo

 

J’ai laissé partir dans un coin de ciel bleu,
Mon cœur avec ton nom au milieu



Juste nous deux