Lettre au Président - Théo
00:00 / 00:00

LETTRE AU PRESIDENT

​Paroles : Jacques Séhair                          Musique : Thierry Sorbere (dit Théo)

 

Monsieur le président vous lirez ma rédac'

 Elle est assez fastoch'!

Quand j'étais tout petit, je marchais dans les flaques,

Je rêvais de Gavroche .

Et a quinze ans, on m'as mis à la mine,

Mais quand elle a fermée

R.M.iste C.G.T,

Tiens ! J'avais bonne mine

 

Veuillez agréer Monsieur le président, mes naïfs sentiments.

 

Je vous écris ce soir, Monsieur Le Président,

Pardonner ma bêtise.

Histoire de vous rapp'ller, Jean-Baptiste Clement

Et " Le temps des cerises"

On a vingt ans, quand on rêve d’idéal,

Mais jamais rien ne bouge

Que l'on vote blanc ou rouge

Et ça fait mal.

 

Veuillez agréer Monsieur le Président, respectueux sentiments .

 

 

Comme l'a fait Boris Vian, dans les années cinquante,

Je vous fais une lettre

Si elle ne moisit pas, dans une poche restante,

Vous la lirez peut-être !

On a trente ans, mais on est comme un gosse,

Des slogans des pancartes

Lacrymos des coup d'lattes,

Des bleus des bosses!

 

Veuillez agréer Monsieur Le Président, mes simples sentiments .

 

Sur le coin d'une table, j'ai fait cette chanson

Monsieur le Président ;

On est tous lamentables et comme Léo Ferré,

Je dis " Thank you satan " .

À quarante ans on trouve plus ça très drôle

D'être responsable

Mais surtout pas coupable,

C'est guignol !

 

Veuillez agréer Monsieur le Président, énervés sentiments !

 

Et puis "thank you satan"! Et puis "Merde a Vauban"!

Nous irons au bras - Theo
00:00 / 00:00

NOUS IRONS AU BRAS...

Paroles:Jacques Séhair                Musique : Thierry Sorbere (dit Théo)

 

"S'il est doux de vivre au village

De La Frette et des alentours

Avouez qu'il serait bien dommage

De ne pouvoir chanter toujours ":

 

Sur le lilas de la colline

Le soleil couche ses reflets,

Avril se meurt et je devine

Dans le bois le blanc du muguet.

 

Le cerisier perd ses pétales

Auprès du cytise endormi

L'arrosoir offre son ovale

A quelques insectes engourdis...

 

Sur le muret de pierres sèches

Un premier lézard prend son bain

Quand sur la girouette se perchent

Quatre moineaux voleurs de grains

 

Dans la douceur de la terrasse

A l'ombre de la véranda

Un gros matou roux se prélasse

En rêvant de sa cave à rat

Ref

Le printemps est là

Et j'irais au bras

De ma toute belle

Flâner sur les quais

De Seine et guetter

Les hirondelles

 

Nous irons voir les bébés cygnes

Eclore au nid prés des chalands

Et les premiers bourgeons des vignes

Fleurir sur les Hauts de Conflans .

 

Quand le carillon de l'église

Nous dira qu'il est déjà temps

De couvrir nos bras de chemise

D'une laine ou d'un cardigan

 

Nous marcherons un peu encore

Dans les pas des peintres oubliés

Eblouis par l'eau qui redore

L'acier des pontons sur les quais

 

Parlé :" Et si cela n'était qu'un rêve

Venu du temps de Maupassant

Faisons en sorte qu'il ne s'achève

Jamais pour nos petits enfants

Ref

Le printemps est la,-Et j'irais au bras -De ma toute belle

Flâner sur les quais – De Seine et guetter – Les hirondelles

Au soleil sous l'ombrelle - Jacques Séhair- Thierry Sorbere
00:00 / 00:00

AU SOLEIL SOUS L'OMBRELLE...    


Paroles : Jacques Séhair                                               Musique : Thierry Sorbere (dit Théo)


Au soleil , On dit que la vie est douce et docile,
Que  tout est plus facile!
Au soleil,  Que Tout est plus cool dès que le ciel brille .
On voudrait vivre au Brésil,

A Cuba ou à Manille
Dans les vapeurs de moiteur idéale
Pour  maquiller de sueur nos mains sales
Dans la folie des foules

Mais,  Au soleil,
L'acier bleu,  des rasoirs brille pareil 

Et le sang s'écoule

Rouge vermeil :

REF 1

Tombés, José,  Miguel,  Maria,

Sur un couteau dans les rues de Bahia
Idem, Claudio,  Raoul,  Tina, 

Sur les trottoirs, dans les ruisseaux des favélas
Sur un pas 

De samba

C'est  pas  vraiment  la joie .
    
REF 2

Combien d'homm's tombés comm' des chiens

Pour un nickel ou un dollar américain
Un coup d'chaleur de miliciens

Une overdose et le S.I.D.A. n'arrange rien.
Au soleil,

C’est pareil,

La misère a trop faim .

 

Dans les îles,  On dit que la nonchalance étincelle 

Qu'elle nous donne des ailes   

 Dans les îles, Que chaque jour est meilleur que la veille,

On peut sentir la vanille
Et l'air chaud sur les chevilles
Sous les fers des cachots des citadelles,

D'hommes en kaki qui casse la cervelle
Des doux rêveurs des îles

Mais,  Au soleil,
Le bruit sourd  des gourdins sonne pareil

Jamais l'indocile

Ne se réveille .

    REF 2
    REF 1

Au soleil ,  On voudrait marcher nu sous une ombrelle
Loin du monde cruel

De nos villes.Mais y'a des miradors, des sentinelles,

Autour des champs des cartels.

La C.I.A. tire les ficelles

Dans les vapeurs de moiteur idéale
A l'éclosion de la mort blanche et pâle

Que nos dealeurs refilent.
Mais ,  au soleil,

L'acier gris  des fusils brille pareil
Et le plomb distille  

Le grand sommeil.

    REF
    


 

I'm a paragraph. Click here to add your own text and edit me. It’s easy. Just click “Edit Text” or double click me and you can start adding your own content and make changes to the font. Feel free to drag and drop me anywhere you like on your page. I’m a great place for you to tell a story and let your users know a little more about you.

© 2023 by SUMMER SISTERS.  Proudly created with Wix.com